18 B rue Pierre Sémard 89400 Migennes 03 86 80 24 55

Présentation

Historique

C’est en 1964 que se constitue l’Association Icaunaise d’Hygiène Populaire. Les organismes constituants, à savoir la C.P.A.M., la M.S.A., la C.A.F et le mouvement d’Anciens Buveurs « Vie Libre », se donnent pour objectif «la réinsertion des éthyliques après une cure de désintoxication. La réadaptation à une vie normale et la consolidation dans l’abstinence des boissons alcooliques se fera par une remise au travail progressive et par le retour à une vie équilibrée dans l’établissement.»

Cette Association a réussi à construire et à équiper un Centre de Post-cure à Migennes qui va ouvrir ses portes le 1er avril 1971. (cf. article de presse de l’Yonne Républicaine).

« La surveillance médicale en sera assurée par les services compétents de l’Hôpital Psychiatrique d’Auxerre; le Ministère de la Santé a subventionné la construction et les organismes constituants ont assuré le reste du financement.»

Le Conseil d’Administration initial est composé de Monsieur POINDRON, Conseiller Général, Président de la M.S.A, qui sera Président de l’Association, de Monsieur CUFFAUX, Président de la C.P.A.M. qui succédera à Monsieur POINDRON à la Présidence de l’Association quand celui-ci décèdera, de Monsieur RAFFENEAU, Président de la C.A.F, de Monsieur DELAGNEAU, Administrateur à la C.A.F, de Messieurs STEPHEN, REGNAU, de Madame KAPPLER du mouvement «Vie Libre», de Madame ALNO, Directrice de la DDASS et de Monsieur LANSIAUX, Médecin Inspecteur de la Santé de l’Yonne.

Le Centre de Post-cure de Migennes ouvre donc ses portes le 1er avril 1971. Il comporte 25 lits pour adultes de plus de 18 ans de sexe masculin. (cf. convention initiale du 23 juin 1971)

Le Directeur en est Roland MARQUET, l’équipe est peu étoffée initialement, le Médecin Psychiatre, le Docteur THUILLIER, à l’époque interne, puis assistant au CHSY délégué par le Docteur SCHERRER, Médecin-Chef, Directeur du CHSY.

Durant les premières années, les patients adressés proviennent de l’Hôpital Psychiatrique; des patients alcooliques chroniques aux antécédents psychiatriques parfois chargés qui resteraient au Centre plusieurs mois, voire plusieurs années.

Initialement, en effet, l’objectif est la réadaptation socio-professionnelle à travers l’abstinence.

Au 31 décembre 2020,  nous avons accueilli le 9341ème patient, soit une moyenne de 200 à 230 admissions par an.

Lire la suite >>